Nouvelles
du Phare

Un atelier sur le multisensoriel pour le bien de l’enfant malade et de sa famille

Après la présentation d’un premier atelier familial axé sur les arts, lors duquel plusieurs familles ont appris les techniques de création d’une toile avec leur enfant, le Phare a offert un second atelier aux familles, axé cette fois sur le multisensoriel. 

Les parents, les grands-parents ainsi que les frères et sœurs de l’enfant malade étaient invités à fabriquer des panneaux sensoriels. Présenté par Laura Elkes, éducatrice spécialisée, et Jessica Lauzon, animatrice, l’atelier de trois heures se déroulait dans les locaux du Phare.

Un panneau sensoriel, c’est quoi?

Un panneau sensoriel, c’est une plaque rigide sur laquelle on fixe différents objets pour stimuler les sens tactile, sonore et visuel de l’enfant. C’est une invitation à l’exploration des sens et de la manipulation, particulièrement utile pour les enfants souffrant de déficience intellectuelle ou physique.

Anneaux de caoutchouc, miroirs, petits animaux en fourrure, grelots, klaxons, roues, arrêts de porte, cloches, lumières, papier sablé, tissus de différentes textures, cadenas, boutons, velcro… de nombreux objets étaient mis à la disposition des familles pour créer des panneaux sensoriels des plus personnalisés.

Stimuler ou calmer son enfant?

Avant de se lancer dans la création des panneaux sensoriels, les familles ont dû se questionner sur leurs objectifs de création. En effet, il était possible de fabriquer différents panneaux selon les capacités, les besoins, les intérêts et les limites sensorielles des enfants. Par exemple, certains enfants atteints du spectre de l’autisme réagissent mal aux bruits, aux textures trop prononcées et autres surstimulations sensorielles. Il est donc important de bien choisir les objets en fonction des limites de chacun. Les familles étaient d’ailleurs invitées à tester les objets avec leur enfant afin de choisir les bons éléments à visser aux panneaux.

Si l’objectif était de stimuler leur enfant, les familles privilégiaient des objets aux textures riches, aux sons forts et aux couleurs vives. S’il s’agissait plutôt de calmer l’enfant avant le dodo, on privilégiait des textures, des couleurs et des sons plus doux.

D’autres familles ont opté pour des panneaux éducatifs permettant à l’enfant de développer sa motricité fine et de faire des jeux d’association. Sur ces panneaux, ils posaient des cadenas, des fermetures à glissière, des formes similaires à relier avec une corde et un velcro, des chiffres et des lettres, des boutons, des loquets ou encore un tableau avec des craies.

Quels bénéfices pour les parents et la fratrie?

Les parents n’ont pas toujours les outils et les ressources nécessaires pour reproduire à la maison les apprentissages et les techniques utilisées par les intervenants du Phare pour stimuler ou calmer leurs enfants. L’objectif premier de ces ateliers est donc le partage des connaissances, mais c’est aussi une occasion de se retrouver entre familles d’enfants gravement malades et de briser l’isolement. Ces ateliers permettent aux familles de vivre des activités qu’elles ne pourraient vivre ailleurs, dans un environnement adapté à leur enfant.

Pour la fratrie, ces activités sont très valorisantes. Les frères et sœurs de l’enfant malade sont fiers de pouvoir faire quelque chose de concret pour lui.

Tout le monde a pris plaisir à la fabrication des panneaux. À la fin de l’atelier, les familles ne voulaient plus arrêter de créer!

Crédit photo: gracieuseté de Nathalie Rioux