Nouvelles
du Phare

Le donateur au grand cœur

C'est au détour d'une promenade à vélo que Michel Poirier a découvert le Phare. À l'ombre des arbres de l'île Ste-Hélène, avec le centre-ville de Montréal en toile de fond, Michel a écouté son grand ami Robert Chagnon lui parler avec passion de tout le travail accompli par sa bien-aimée, Michèle Viau-Chagnon, et sa complice Nicole Marcil-Gratton afin que le Phare puisse voir le jour.

Ayant lui-même vécu une enfance difficile, Michel s'est laissé bercer par le récit de son ami, ému et transporté par la mission de l'organisme. Fort de la conviction que l'enfance est une étape névralgique de la vie d'un être humain et bouleversé par le constat que certains enfants n'auront que l'enfance comme parcours de vie, Michel s'est promis à un engagement fort durable envers le Phare. Depuis près d'une décennie, il participe aux levées de fond et campagnes de financement du Phare, plus que jamais convaincu de la valeur ajoutée du Phare dans la vie des enfants gravement malades et de leur famille.

Plus récemment, Michel a été happé par une publicité révélant que certaines personnes demandent à ce qu'au moment de leur décès, leurs cendres soient utilisées pour faire pousser des arbres. Cette idée renvoyant aux racines de la vie et à ce que nous léguons au moment de notre décès, Michel s'est questionné sur la façon dont il pouvait poser un geste significatif pour ceux qu'il laissera derrière. Michel estime que la décision de faire un don testamentaire est teintée d'une dimension sociale, d'une forme de bienveillance et d'un désir profond de prendre soin les uns des autres et d'embellir la vie de ceux qui sont éprouvés.

Dans le cadre de la préparation de son testament et de ses dernières volontés, Michel a donc prévu un don testamentaire en faveur du Phare. Il s'agit d'un geste qui repose sur sa foi sincère dans l'organisation et sa mission et dans sa conviction que l'argent sera dépensé dans le meilleur intérêt des enfants et de leur famille, puisque les frais d'administration du Phare sont scrupuleusement surveillés et constamment maintenus le plus bas possible.

Michel souhaite transmettre le message que le don testamentaire n’est pas réservé qu’aux personnes les plus fortunées. En ce sens, il souligne que tout don, quel qu'en soit le montant, est important pour le Phare et porteur d'espoir pour les enfants et leur famille. Rappelant que nos biens et nos avoirs ne nous suivront pas dans l'au-delà, Michel invite tous ceux qui se sentent interpellés par le Phare et qui partagent son attachement envers sa cause à explorer l'avenue du don testamentaire.

Michel compare l'aventure de la vie à un sablier qui s'égrène lentement. Certains, comme lui, auront eu la chance de profiter d'un gros sablier, fait d'une vie heureuse et comblée. D'autres, comme les enfants du Phare, n'ont que de petits sabliers, remplis de grains de douleur et de souffrance. Le don testamentaire permet à la fois de donner et de recevoir en adoucissant la perspective d'un inévitable départ, tout en sachant que ce don contribuera à la pérennité du Phare, dont la survie dépend en partie de la générosité de la population et de gens, comme Michel Poirier, qui croient profondément à sa mission. 

Le geste inspirant posé par Michel Poirier, ses sages paroles ainsi que son regard altruiste sur le monde qui l'entoure confirment sans l'ombre d'un doute son incontestable statut de donateur au grand cœur.

Rédaction: Gracieuseté de Mélanie Dugré